Artistes de la compagnie

Aurélie Morin  conception artistique, ombres et figures
Aurélien Beylier régisseur, compositeur
Chloé Attou interprétation chorégraphique
Elise Gascoin plasticienne, marionnettiste 

Julia Kovacs Marionnettiste
Carine Gualdaroni Marionnettiste
Elise Vigneron marionnettiste, scénographe
David Morin compositeur
Guillaume Tarnaud régisseur lumière
Messaoud Ferhat régisseur technique, constructeur
Yannick Valin administrateur / chargé de production

Les électrons libres du Théâtre de nuit

Pauline Ringeade dramaturgie, assistante mise en scène
Fédérica Porello danseuse
Helène Barreau contsructrice, marionnettiste
Valentine Canto-Martinez assistante directrice artistique
Arnaud Délicata metteur en scène, responsable de la Cie Automne 2085
David Frier, plasticien, ferrailleur et constructeur en tout genre
Vincent Panchen machiniste 
Pascal Jean-Fulcrand constructeur
Clotilde Laude costumière
Pascale Toniazo marionnettiste, conseillère artistique et photographe
Nicolas Gasco photographe, contemplateur de baleines bleues
Johanna Spanjersberg styliste
TILT collectif de concepteurs lumière
Patricia De Petiville  costumière
Laurie Sanquer vidéaste
Birgit Kirkamm création feutre
Clotilde Laude costumière
Helène Duclos conceptrice costume
Thorsten Kunish réalisateur


Aurélie Morin

aurelie-morin

1985 Dans le cadre de mes études générales, je bénéficie d’un enseignement artistique au conservatoire de Caen: danse classique, contemporaine,  et chant.
Parallèlement, je bricole, peins et assemble de petits personnages, écris à leur attention de courts poèmes.
1996 Admise à l’école de danse P.A.R.T.S (Bruxelles), dirigée par Anne Teresa de Keersmaeker, je rencontre Fernand Shirren, maître de rythme, qui me transmet ses notions de durée, de centre, de présence « suspendue ». Je participe ainsi à la recréation de Rythmes pour bouches, pièce pour quatre voix de Fernand Shirren, présentée à l’Opéra de La Monnaie à Bruxelles.
C’est à PARTS que je découvre le BMC (body mind centering : une technique complexe d’éducation somatique par le mouvement, qui pour moi ouvre une brèche sur l’imaginaire du corps en tant que paysage et matière muable traversée de sons, de vibrations, de fluides…). J’y amorce également un travail de composition chorégraphique auprès de Thierry de Mey.
1998 : Ma formation se poursuit en danse au CND à Paris. (auprès d’Elsa Wolliaston, Marion Ballester, Masaki Iwana et Will Swanson.)
A cet époque de mon apprentissage artistique, il me manque le travail des mains au travers des matériaux bruts.
1999 : J’intègre ainsi l’ESNAM (Ecole supérieure nationale des arts de la marionnette) à Charleville Mézières dirigé alors par Roman Paska.
Je reste marquée par les rencontres, dans le cadre de stages de longue durée, avec Peter Schuman et Arne Hogsander
Fabriccio Montecchi et Jean Pierre Lescot m’initient au théâtre d’ombres.
Assemblage entre la matière, le rituel théâtral, le mouvement, les sens, les symboles, l’intime, le simple et l’universel, le théâtre d’ombres m’engage sur la voie que je cherchais. Il s'adresse à notre conscient mais aussi à notre inconscient.
Dès lors, je m’y consacre pleinement.
2002 : à l’issue de l’ESNAM, le Théâtre du Fust coproduit ma première création en partenariat avec le Théâtre de la Marionnette à Paris et dans le cadre d’un accompagnement de jeunes artistes : Petites Migrations.
Depuis 2003 : La recherche autour des liens entre les matières de toutes sortes (plastiques, corporelles, textuelles, vocales) et la lumière, se libère peu à peu des apprentissages et devient expérience théâtrale.
2005, 2007, 2008, 2010, 2013, 2015, 2016 : Des pièces voient le jour. 
2012 : Je suis associée au TJP cdn d’Alsace – Strasbourg. Les artistes du théâtre de nuit mettent en place des laboratoires de recherche, des chantiers (ateliers de pratique scolaire, amateur et professionnelle), des résidences.
2016 : J’entame une formation professionnelle en BMC auprès de l’association SOMA.
2016 : Le Cantique des oiseaux d’après Farid Od Dîn Attar voit le jour dans le cadre de la Biennale Odyssées en Yvelines du Théâtre Sartrouville Yvelines Cdn.
L’expérience de la matière, les installations plastiques mises en volume et en mouvement par la manipulation de la lumière, prolongent les mouvements du corps, de nos paysages intérieurs. Ce qui m’intéresse, c’est l’archaïsme de l’image en la travaillant au moyen de techniques ancestrales et contemporaines, artisanales et nouvelles. Il s’agit de convoquer le public en s’adressant directement à son imaginaire


Elise Vigneron

elise-vigneron

Elise Vigneron, licenciée d’arts plastiques et d’arts dramatiques, se forme aux techniques de l’aérien avec Véronique Gougat et Zoé Maistre, Elle suit l’école professionnelle des arts du cirque de Lomme puis entre à l’ESNAM (Ecole supérieure nationale des arts de la marionnette), direction Lucile Bodson, où elle rencontre Jean-Pierre Larroche, Nicole Mossoux, Daniel Lemahieu, Philippe Myniana qui nourriront son travail personnel.
Elle y découvre également le théâtre d’ombres avec Fabrizio Montecchi, Jean Pierre Lescot et Luc Amoros. Elle participe à la création de « Ulysse et moi » mis en scène par Christian Carrignon (théâtre de cuisine), et à la Tragi-comédie de Don Cristobal mis en scène par Luc Amoros (compagnie Amoros Augustin). Pour son diplôme, elle collabore avec les auteurs Hédi Tillette de Clermont Tonerre et Hédi Palaro pour la création d’un solo lors des rencontres organisées par la Chartreuse de Villeneuve les Avignon.
A sa sortie de l’école, le chorégraphe Gang Peng lui demande de participer à la création de son spectacle « Sur le fil » qui lie la danse et la marionnette. Elise Vigneron et Aurélie Morin se rencontrent à l’ESNAM et se découvrent une sensibilité commune.
Elise rejoint le Théâtre de Nuit sur la création « Perpetuum Mobile » et sur l’élaboration de « Mystoires ».


Chloé Attou

chloe-attou

Baignée dans la danse dès l’âge de 6 ans, elle obtient sa médaille d’or au Conservatoire de région de Caen. Elle poursuit ses études de danse au Conservatoire national supérieur de musique et de danse (C.N.S.M.D) de Lyon (participation à la tournée nationale et internationale du jeune ballet).
Puis elle intègre l’école P.A.R.T.S (Performing Art Research and Training Studio) dirigé par Anne- Teresa de Keersmaeker à Bruxelles. Elle développe alors son propre travail de recherche et crée plusieurs pièces « Two parts », « Chaconne en ré mineur », « duo on traditional indian music ». Durant sa première année à P.A.R.T.S elle est invitée par David Zambrano à Amsterdam afin de participer à un travail de recherche sur la méthode d’improvisation « Passing through ». Cette expérience marque sa conception du mouvement et de la chorégraphie. A la fin de ses études elle prend part au festival européen ITS avec son solo « Chaconne en ré mineur ».
Puis elle est interprète dans les compagnies de danse Arco Renz (Belgique) et Willy Dorner (Autriche). Guidée par Aurélie Morin sur le spectacle « Perpetuum mobile, un petit tour de terre...», elle s’éveille à la marionnette et depuis travaille avec le Théâtre de Nuit. L’ombre devient pour elle un médium complémentaire de la danse. Depuis 10 ans elle participes aux créations de la compagnie du Théâtre de nuit en tant qu’assistante à la chorégraphie et interprète pour les spectacle «La loba, Gardienne des mémoires» en 2011 et «Le Cantique des oiseaux» en 2017.
Elle est également intervenante pour les chantiers de transmission et crée dans ce cadre des installations spectaculaires manipulables (à Bonlieu scène Nationale d’Annecy, la maison de la culture Thonon les Bains, l’ Espace 600 à Grenoble, au TJP de Strasbourg, au Théâtre de Ville- Franche, au Granit de Belfort). Ce travail de transmission allié aux recherches de la compagnie l’encourage à commencer une formation en Body Mind Centering (BMC) à SOMA France, liant ainsi tous les systèmes du corps humain avec les représentations chorégraphiques et sensorielles que l’ombre peux offrir.
Cette nouvelle étape d’expérimentation du mouvement entre ainsi en résonance avec les recherches plurielles du Théâtre de Nuit.


Elise Gascoin

elise-gascoin

Elise Gascoin, plasticienne, est diplômée des Beaux Arts d’Avignon. Son travail protéiforme questionne notre rapport à l’espace et au corps, nos moments de fragilité, de bascule. Il propose un point de vue décalé sur le quotidien et les repères habituels. Le détournement d’objets, l’écriture, l’installation et la vidéo sont les supports de sa pratique. En 2004, lors d’une première collaboration avec Aurélie Morin, elle réalise le court-métrage Six pieds sur terre. Son travail rencontre ici la marionnette autour de la création d’objets marionnettiques / prolongements de corps. En 2005, elle rejoint la compagnie du Théâtre de Nuit et participe depuis à la création des spectacles entant qu’assistante à la scénographie et réalise marionnettes, masques et éléments de décors. Elle développe depuis plusieurs années un travail de transmission en arts plastiques auprès de différents publics. Elle est aujourd’hui responsable des projets pédagogiques de la compagnie et développe dans ce cadre une recherche sur le lien entre la matière et la lumière. Ces chantiers de transmission de théâtre d’ombres donnent lieu à des installations spectaculaires et manipulables notamment avec le théâtre d’Annecy, Le Channel à Calais, la maison de la culture de Thonon les Bains, l’Espace 600 à Grenoble, le Théâtre de Villefranche, le TJP à Strasbourg, le Granit à Belfort… Elle réalise avec Céline Carraud, la Remorque Accordéon, un entresort forain présentant des expositions en itinérance. La Remorque accueille en 2010 la mise en espace autour du livre et de lecture Au fil des mots. Cette collaboration donne naissance au collectif de plasticiens/décorateurs Le Collectif de la Remorque qui créera le spectacle Le Miroir aux Alouettes. .